C'est en 2002 qu'on m'a fait montré le Chateau du Petit Chevincourt. Je ne connaissais pas son nom officiel à l'époque. Lorsqu'on me l'a présenté, on m'a dit que c'était le "Manoir de Mr Hugo". Pourquoi ce nom ? Aucune idée. Bien caché au fond d’un bois, c'est un bel édifice qui fut victime d'un incendie partiel (comme bien des lieux dans le même genre) et fut laissé à l’abandon tel quel durant des lustres, le temps que les tagueurs salissent l’endroit - et que des gens y amènent de la bière pour casser les bouteilles sur place. Ci-dessous, des photos prises en 2003.
.

.
Le batiment était tellement brûlé qu’on ne pouvaitt plus grimper à l’étage et le toit menacait de s’effondrer à tout moment, la végétation et les arbustes lézardant la structure en poussant dessus. Cet édifice possèdait une partie circulaire bien sympathique avec une salle ronde idéale pour les messes noires, d’ailleurs la salle était recouverte d’inscriptions adolescentes telles que «La vie n'est que le début de la mort». Ci-dessous, des photos prises en 2006.
.

.
La cave était bien vaste, et faisait assez froid dans le dos vu le nombre de bruits qu’on y entendait à cause des multiples aérations et trous dans le plancher. En 2007, une réhabilitation partielle eut lieu (abattage des arbres autour du Chateau, nettoyage partiel) comme on peut le voir sur la photo ci-dessous.
.
..
..
Nous arrivons alors à Aout 2012 : Suite à un mail très intéressant d’un certain Fabrice (que je remercie vivement), j’appris le nom officiel de cet endroit, mais surtout qu’un film y avait été tourné en 1973 !

Réalisé par Juan Luis Bunuel (le fils du père), il s’agit de «Au Rendez-Vous de la Mort Joyeuse» («Expulsion of the Devil» en anglais), un film d’épouvante à la Amityville, rien que ça ! On trouve du beau monde dans ce film : Michel Creton en cameraman troublé par la jolie Yasmine Dahm, et Gerard Depardieu en preneur de son flippé. L’affiche du film fait très film érotique Italien des années soixante-dix. Cliquez dessus pour plus d’informations sur le film.

 
 
Je vous propose de regarder un montage dans lequel je n’ai gardé que les plans présentant le Manoir. J’ai aussi laissé d’autres plans ou séquences que je trouve franchement hilarants. Bon visionnage !
 

 
Ci-dessous, trois belles images du film trouvées sur Internet.
Si vous êtes en possession de ce film en bonne qualité, ça m'intéresse beaucoup.
 
 
Il existe même un roman tiré du film tourné au Petit Chevincourt. Pas follichon d'un point de vue littéraire, il a cependant le mérite d’avoir un point de vue original : l’histoire est racontée du point de vue de la maison. De là à penser qu’on pourra trouver une explication aux évènements du film, il n’y a qu’un pas, malheureusement le roman (probablement écrit en visionnant le film) n’est pas des plus intéressants à ce niveau. Légère déception, mais petit plaisir quand même de lire une histoire (confortablement sous la couette) se passant au Petit Chevincourt.
 

Décembre 2012 : Suite à un mail très intéressant de Laurence, j'ai appris pas mal de choses sur le Petit Chevincourt. Laurence a eu la gentillesse de rassembler ses souvenirs et ceux de sa mère pour nous livrer un témoignage que voici :Témoignage de la mère de Laurence : Années 60. Mère de Laurence : «Les propriétaires venaient chaque fin de semaine, couple âgé, avec chauffeur et grosse voiture américaine. Décédés en 1964, le château fut alors ouvert à tous les vents.»
 
 
Laurence (qui était enfant à l’époque) : «Je les voyais souvent se promener dans le parc. A droite du château était situé un grand potager – ils avaient un jardinier – les cloches à salades étaient en verre. A leur décès, comme tout enfant du quartier, je me suis baladée dans ce domaine, qui était intact. C’était, je pense, vers 1967/1968. Dans le garage leur voiture était toujours la, je ne peux dire la marque, mais elle était noire et grosse voiture, style Buick. L’intérieur du château était en parfait état, dans la pièce principale sur la gauche en entrant par la façade, un grand escalier en bois menait au 1er, les vitrines à bibelots étaient encore là, les canapés... Au fond dans une aile : la cuisine. Les propriétaires auraient pu revenir et se mettre a table, le frigo était là, la table etc...

Sous les toits étaient situé les chambres du personnel. Dans le couloir desservant les chambres était fixé un grand tableau de sonnettes, pour la cuisinière, le chauffeur etc... On montait à l’étage du personnel par un escalier en colimaçon situé à coté de l’entrée arrière du château, près de la cuisine. Face au château, à gauche, l’entrée de l’immense cave, où se trouvaient encore les transats de jardin, etc... En bas du parc, près de la route, se trouvait une pièce d’eau, à l’opposé de la maison de gardien. Des bruits ont couru que les brocanteurs de la région, se seraient servis dans le mobilier (il restait tout…)
 
 
Mère de Laurence : Dans le film de 1973, le tournage eut aussi lieu dans une maison a toit plat. Cette maison est située, si vous connaissez le coin , en venant de Gif sur Yvette vers St Remy, juste avant un virage, sur la droite, peu avant le petit Chevincourt. Peut-être au 91 rue de Paris. Cette maison appartenait au frère de Pierre-Louis, acteur. Années 75/80 : «Je suis retournée dans cet endroit dans les années 1975/80. Il était complément squatté par les clochards de la région. Ils s étaient installés à l’étage des domestiques, avaient mis une porte au milieu du couloir fermée par verrou, mais on pouvait passé par les rives du toit. Derrière cette porte, un spectacle de désolation, des cubis de vin éclatés, matelas pourris etc. Ils avaient commencé à bruler le grand escalier en bois pour se chauffer, puis le temps des vandales est venu, et on voit aujourd’hui le résultat : affligeant !

Aujourd’hui : Information non vérifiée : le château aurait été vendu pour en faire une école de stylisme. Le parc a été nettoyé (en gros). La pièce d'eau n'existe plus (info donnée par ma mère qui a été traîner dans ce coin au printemps (2012) dernier).

 
 
Suite de la mise à jour de Décembre 2012 : Via le site Géoportail, j’ai pu récolter des photos aériennes et satellites remontant jusqu’à 1920 (!). Il y a une foultitude d’autres photos mais elles sont payantes. En téléchargeant toutes les images gratuites de la zone en question, j’ai pu faire le photomontage, ci-dessous.Cliquez pour le voir en grand.
 
 
Selon le Projet de Fin d’Etudes d’Hervé Mauclère (2009) voilà où l’histoire commence : "Le château de Chevincourt, construit en 1784 au sein d'un domaine composé de bois et de fermes, a été détruit après la guerre de 1914/1918. Au bas de la propriété a été édifié un deuxième château «le Petit Chevincourt» aujourd'hui dans un grand état de vétusté. " C'est ce deuxième château qui nous intéresse.

La première photo satellite date de 1933. On voit bien qu’à cette époque, il n’y a rien. Enfin si, il y a les chemins, qui sont encore utilisés à ce jour. Mais pas de château. Dès 1949, le château est là et il semble magnifique. On peut donc en déduire qu’il a été construit entre 1933 et 1949. On voit bien sur la droite de l’image les jardins dont parle Laurence dans son témoignage un peu plus haut. Sur l’autre coté, symétriquement aux jardins, il y a ce qui ressemble à un verger, ou une roseraie.

En 1957, le domaine semble plus épuré. 1960, pas de changements notoires. 1971, les chemins ne semblent plus trop utilisés, et l’aspect est un peu plus négligé. Peut-être parce que la photo est plus précise. Pour l’année 1973, pas de photo satellite, mais il suffit de regarder le film (dont j’ai mis une vidéo plus haut) pour se rendre compte de l’état des lieux.

1987, la végétation à largement envahi la zone, qui est à l’abandon selon les divers témoignages. 2003, le Petit Chevincourt n’est que l’ombre de lui-même (voir mes photos datant de la même année, en début de page). Enfin, 2012, le château semble (selon les informations collectées) en voie de réhabilitation pour une éventuelle école de stylisme.

 
 
Ci-dessus, une vue du domaine surement prise entre les années 50/70. Lu dans le livre d'où est extraite l'image : "Pendant la guerre de 1914-1918, le propriétaire M.Seligmann, antiquaire à Paris, en fit don aux nécessiteux, victimes de la guerre. Le château fut démoli après." Source : Histoire et Histoires de St Remy Les Chevreuse édité par l’office du tourisme de St Remy en 1998. Ci-dessous, une vue générale de l'édifice, que l'on peut voir en plus grand en cliquant sur la troisième miniature.
 
 
 
Ci-dessous, Chevincourt le 30 Décembre 2012, en voie de réhabilitation.
Merci à Laurence pour la photo !
 
 
Mise à jour de Février 2013 : Christine Blanchard a eu la gentillesse de m'envoyer de nombreuses photos qu'elle a faite à Chevincourt aux alentours de 1975. Ayant sympathisé avec le gardien de l'époque (visible avec un béret sur les photos) elle y venait souvent, y trouvant du réconfort. Un grand merci à elle pour m'avoir fait parvenir toutes ces photos ! Cliquez-dessous pour les voir en grand. Ces photos sont la propriété de Christine Blanchard. Tout droits réservés - 19 Février 2013.
 
 
 
 
Christine a également été mannequin et a posé pour John Frost et Gunnar.S. Ci-dessous, des photos datant de 1983-1985. Elle a également écrit un texte que je vous propose de lire ici. Le texte est la propriété de Christine Blanchard. Tout droits réservés - 19 Février 2013.
 
 
 
..

..


. .

.

.